dimanche 22 février 2015

Le plastiglomérat : un nouveau type de roche...

Lu sur le site du National Geographic 

   Des choses étranges apparaissent sur la plage de Kamilo, à Hawaii. Elles ressemblent à des amas de déchets, mais sont en réalité un nouveau type répertorié de roche.

http://www.nationalgeographic.fr/15333-le-plastiglomerat-un-nouveau-type-de-roche-a-base-de-dechets-plastiques/

   Ces « plastiglomérats » se forment quand des résidus plastiques fondent à la chaleur des feux de camp et se mélangent à du sable, des morceaux de basalte, du bois et d’autres débris. Selon la sédimentologue Patricia Corcoran, ces pierres pourront servir de marqueurs dans les futures études géologiques de la planète. Elles témoigneront de la période où les humains ont commencé à utiliser (et à jeter) des matières plastiques à grande échelle.

samedi 21 février 2015

François, un pape très géopolitique

Lu sur le blog Geographica.net

    « Le pape, combien de divisions? » se serait écrié Staline face à Churchill à la fin de la guerre quand les libertés religieuses à l’est de l’Europe étaient remises en cause. Dérision, sans doute, mais l’URSS a disparu tandis que le Vatican, lui, résiste et sait même se rendre sinon indispensable, du moins utile pour dénouer des dossiers délicats. Le dernier en date, et non des moindres, est le dossier cubain. On le sait, Cuba est frappé par un embargo depuis les années 1960, pour des raisons qui ont fini par être un peu oubliées. Depuis la crise des missiles, en 1962, les USA ont décidé d’imposer un embargo à l’île afin de rendre impossible l’installation de tout matériel militaire menaçant le territoire des Etats-Unis.

http://www.ilgiornale.it/sites/default/files/foto/2014/12/17/1418835529-papa-francesco-obama.jpg

dimanche 15 février 2015

Avec ses villes en fusion, l'artiste Istvan réinvente la cartographie

Lu sur le site du Courrier International

http://www.thisiscolossal.com/wp-content/uploads/2014/12/maps-3.jpg

   Pour l’exposition “Contemporary Venice”, qui s'est tenue jusqu’au 12 janvier 2015 à Venise, l’artiste suisse Istvan a cartographié des villes selon une approche “qui n’a absolument rien de scientifique”, indique le site de photographie Colossal.Ses cartes se fondent totalement dans l’environnement des villes et symbolisent l’impact des métropoles sur ce qui les entoure”, rapporte la publication. Pour l’artiste, cet impact est semblable à “un fluide invisible qui déborderait de la ville pour envahir son environnement”, une vision traduite avec précision dans ses œuvres numériques.

Lire la suite...

samedi 14 février 2015

Au Kenya, les roses épineuses de la Saint-Valentin

Lu sur le site du Monde - Planète

   Nairobi, premier exportateur de fleurs coupées à destination de l’Europe, réalise un tiers de sa production à l’occasion de la “fête des amoureux”. Un secteur prospère mais au fort impact social et environnemental. Reportage au cœur de la vallée des roses, sur les rives du lac Naivasha.
http://s1.lemde.fr/mmpub/edt/zip/20150213/175335/assets/images/content/infogs/KENYA-FLEURS-REGIONS-HORTICOLES.gif

    Il est 8 heures et on entend les oiseaux chanter dans la serre. Jemima Wanjiku fredonne elle aussi quelques notes en enfilant ses gants. Sécateur en main, elle parcourt les longues allées de rosiers à la recherche des boutons presque éclos, coupe les tiges et les rassemble sans même interrompre sa marche. Immédiatement après leur récolte, les fleurs sont transportées dans l’atelier attenant. Là, l’effervescence règne. Des centaines de petites mains saisissent, sectionnent, effeuillent, ajustent et rassemblent les tiges en bouquets. Le temps est compté. Ces roses, cultivées par la ferme horticole Wildfire sur le lac Naivasha, à une centaine de kilomètres au nord de Nairobi, au Kenya, doivent arriver le lendemain sur les étals français, anglais ou hollandais pour la Saint-Valentin.

vendredi 13 février 2015

Doggerland : le territoire englouti de la mer du Nord

Lu sur le site de La Libre - Planète

http://x3.cdn03.imgwykop.pl/c3201142/comment_I23C5G0hE1EPwKJWhGIaQrogm6AZqBAD.jpg
   C'est au cours d'une séance de plongée ordinaire en mer du Nord que Dawn Watson et Rob Spray ont découvert une forêt sous-marine vieille de 10 000 ans. A en croire les différentes expertises, cette forêt faisait partie du Doggerland, un territoire qui s'étendait entre le Royaume-Uni, l'Irlande et l'Europe. A cette époque, le niveau des eaux était plus bas d'environ 120 mètres, ce qui rend tout à fait plausible l'existence d'une telle forêt. En effet, les parties les moins profondes de la mer du Nord laissaient sans nul doute apparaître des terres au dessus du niveau de l'eau, tandis que les plus profondes ressemblaient plus à de gigantesques marais. Ajoutons à cela l'existence plus que probable de nombreux cours d'eau, affluents du Rhin et de la Tamise, et d'un climat plus frais que celui que nous connaissons aujourd'hui. 




http://www.nationalgeographic.fr/6299-le-doggerland-une-cite-perdue-sous-les-flots-en-mer-du-nord/

jeudi 12 février 2015

Pourquoi la lune s'éloigne-t-elle de la terre ?

Lu sur le site de Science et vie

http://www.science-et-vie.com/wp-content/uploads/2015/02/Jonathan-Leung.jpg    Rappelons d’abord qu’effectivement, la Lune s’éloigne. L’installation de réflecteurs laser lors de la mission Apollo 11, en 1969, a permis de mesurer que notre satellite – situé à quelque 384 400 km – s’éloigne de 3,8 cm par an. En cause ? Les phénomènes de marée créés par la Lune, et dans une moindre mesure par le Soleil, qui déforment la Terre et provoquent son ralentissement. Ces marées libèrent en effet de l’énergie mécanique par frottement des océans sur les fonds marins, une dissipation d’énergie qui participe au ralentissement de la Terre… et agit sur le système Terre-Lune.

mercredi 11 février 2015

Les dessous de la tectonique des plaques

Lu sur le site du Figaro - Sciences

   Des chercheurs néo-zélandais ont observé une fine couche entre la plaque pacifique et le manteau terrestre, qui pourrait expliquer comment les plaques glissent aussi bien à la surface de notre planète.
    Nul ne mettrait plus en doute aujourd'hui le bien-fondé de la tectonique des plaques, théorie qui explique si bien la dérive des continents. Et pourtant, personne ne sait encore exactement comment les plaques océaniques réussissent à si bien glisser sur le manteau terrestre sur lequel elles sont posées. «Il y a quinze ans, on apprenait encore que les plaques devaient glisser sur une couche où les roches devaient être en fusion, à des températures approchant 1.300 °C, explique Fabrice Gaillard, de l'Institut des sciences de la terre d'Orléans. Or on sait désormais que la température y est bien plus basse, et n'est pas suffisante pour faire fondre entièrement la roche. On a donc besoin d'autre chose, et c'est ce point qui fait désormais débat dans la communauté en géophysique.»


mardi 10 février 2015

Le Sahara sous la glace et les tropiques au Québec, c'était il y a 444 millions d'années

Lu sur le site notre-planète.info
 
   Il y a environ 444 Ma, à la fin de l'Ordovicien, la Terre affrontait à la fois une glaciation majeure, se déroulant paradoxalement dans un contexte à pCO2 supérieure à l'actuel, une crise de la biodiversité conduisant à l'extinction de nombreuses espèces, et un bouleversement des cycles géochimiques. L'analyse comparée d'archives sédimentaires au Maroc et au Québec par des équipes françaises, canadiennes et italienne montre que cette glaciation se compose d'une récurrence de cycles glaciaires relativement longs (probablement 1,2 million d'années) et remet en cause les scénarios imaginés jusque-là. En effet, la phase d'extinction initiale apparaît corrélée à la première phase de déglaciation — et non à l'entrée en glaciation — et les principales excursions isotopiques interviennent pendant une ultime phase de déglaciation — et non lors du maximum glaciaire. Cette étude est parue dans Nature Communications.

Il y a environ 444 Ma, à la fin de l'Ordovicien, la Terre affrontait à la fois une glaciation majeure, se déroulant paradoxalement dans un contexte à pCO2 supérieure à l'actuel, une crise de la biodiversité conduisant à l'extinction de nombreuses espèces, et un bouleversement des cycles géochimiques. L'analyse comparée d'archives sédimentaires au Maroc et au Québec par des équipes françaises[1], canadiennes et italienne montre que cette glaciation se compose d'une récurrence de cycles glaciaires relativement longs (probablement 1,2 million d'années) et remet en cause les scénarios imaginés jusque-là. En effet, la phase d'extinction initiale apparaît corrélée à la première phase de déglaciation — et non à l'entrée en glaciation — et les principales excursions isotopiques interviennent pendant une ultime phase de déglaciation — et non lors du maximum glaciaire. Cette étude est parue dans Nature Communications.

Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/4201-ordovicien-glaciations
Il y a environ 444 Ma, à la fin de l'Ordovicien, la Terre affrontait à la fois une glaciation majeure, se déroulant paradoxalement dans un contexte à pCO2 supérieure à l'actuel, une crise de la biodiversité conduisant à l'extinction de nombreuses espèces, et un bouleversement des cycles géochimiques. L'analyse comparée d'archives sédimentaires au Maroc et au Québec par des équipes françaises[1], canadiennes et italienne montre que cette glaciation se compose d'une récurrence de cycles glaciaires relativement longs (probablement 1,2 million d'années) et remet en cause les scénarios imaginés jusque-là. En effet, la phase d'extinction initiale apparaît corrélée à la première phase de déglaciation — et non à l'entrée en glaciation — et les principales excursions isotopiques interviennent pendant une ultime phase de déglaciation — et non lors du maximum glaciaire. Cette étude est parue dans Nature Communications.

Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/4201-ordovicien-glaciations
y a environ 444 Ma, à la fin de l'Ordovicien, la Terre affrontait à la fois une glaciation majeure, se déroulant paradoxalement dans un contexte à pCO2 supérieure à l'actuel, une crise de la biodiversité conduisant à l'extinction de nombreuses espèces, et un bouleversement des cycles géochimiques. L'analyse comparée d'archives sédimentaires au Maroc et au Québec par des équipes françaises[1], canadiennes et italienne montre que cette glaciation se compose d'une récurrence de cycles glaciaires relativement longs (probablement 1,2 million d'années) et remet en cause les scénarios imaginés jusque-là. En effet, la phase d'extinction initiale apparaît corrélée à la première phase de déglaciation — et non à l'entrée en glaciation — et les principales excursions isotopiques interviennent pendant une ultime phase de déglaciation — et non lors du maximum glaciaire. Cette étude est parue dans Nature Communications.

Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/4201-ordovicien-glaciations
Il y a environ 444 Ma, à la fin de l'Ordovicien, la Terre affrontait à la fois une glaciation majeure, se déroulant paradoxalement dans un contexte à pCO2 supérieure à l'actuel, une crise de la biodiversité conduisant à l'extinction de nombreuses espèces, et un bouleversement des cycles géochimiques. L'analyse comparée d'archives sédimentaires au Maroc et au Québec par des équipes françaises[1], canadiennes et italienne montre que cette glaciation se compose d'une récurrence de cycles glaciaires relativement longs (probablement 1,2 million d'années) et remet en cause les scénarios imaginés jusque-là. En effet, la phase d'extinction initiale apparaît corrélée à la première phase de déglaciation — et non à l'entrée en glaciation — et les principales excursions isotopiques interviennent pendant une ultime phase de déglaciation — et non lors du maximum glaciaire. Cette étude est parue dans Nature Communications.

Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/4201-ordovicien-glaciations

lundi 9 février 2015

Voir au-delà des paysages : Les Météores en Grèce

Lu sur le blog SoloGéo


    Les îles, la mer Méditerranée, maisons blanches et volets bleus…Nous pensons à la Grèce! Mais en fait quand nous rêvons de ce pays nous devrions penser à la montagne…Le territoire grec est composé à 80 % de montagnes soit le sixième pays le plus montagneux d'Europe!
http://www.cosmovisions.com/images/Agio-Triada-Monastere-Meteores.jpg
    Paysage emblématique des montagnes grecques, les Météores...
Cet étrange relief où surgissent des pitons rocheux aux formes fantastiques domine la plaine de Thessalie. 

dimanche 8 février 2015

Dans les Antilles, un volcan qui produit de l'électricité

Lu sur le site du National Geographic

http://www.themontserratreporter.com/wp-content/uploads/2013/10/hdr_GT.jpg
« L’île émeraude des Caraïbes » sera-t-elle la première à être verte ? C’est le but que s’est  fixé Montserrat, une des Petites Antilles britanniques. Près de vingt ans après le début de l’éruption du volcan de la Soufrière – qui rendit inhabitable une grande partie de l’île et poussa les deux tiers de sa population vers l’exil –, les mêmes forces géologiques pourraient fournir une énergie géothermique fiable et renouvelable.


Lire aussi, sur le site du Montserrat Reporter : 

samedi 7 février 2015

Le mystère du pétrole manquant du Golfe du Mexique est résolu

Lu sur le site de Sciences et Avenir - Nature

Après l’explosion de la plate-forme Deep Water Horizon en 2010, un tiers du pétrole n’était pas remonté à la surface. L’explication vient sans doute d'être trouvée.

http://referentiel.nouvelobs.com/file/13661526-le-mystere-du-petrole-manquant-du-golfe-du-mexique-est-resolu.jpg


 MANQUANT. Mais où diable était-il passé ? Depuis l’explosion de la plate-forme pétrolière Deep Water Horizon le 20 avril 2010, les scientifiques se demandaient où avaient bien pu passer un bon tiers des 700 millions de litre de pétrole déversé pendant trois mois dans le Golfe du Mexique. Car après les opérations de pompage, dispersion et nettoyage, force avait été de constater qu'une partie du pétrole n'était pas remontée à la surface. Le tiers manquant avait-il été digéré par les microbes ? Le mystère vient d’être éclairci.

vendredi 6 février 2015

Glacier Totten : portrait d'un résistant qui flanche

Lu sur le site de La Libre - Planète

http://www.lesoir.be/sites/default/files/imagecache/cciinlineobjects_600/2015/01/28/1263367799_B974627938Z.1_20150128100543_000_G753SE015.1-0.jpg
Un des plus grands glaciers de l’Antarctique de l’Est, dont la disparition pourrait engendrer une hausse de six mètres du niveau des mers, est en train de fondre à cause du réchauffement de l’océan. Le glacier Totten était jusque-là considéré comme étant situé dans une zone épargnée par les courants chauds, où la glace est donc très stable et peu sujette aux variations. De retour d’une expédition sur place, des scientifiques australiens ont cependant indiqué que l’eau autour du glacier s’était avérée plus chaude qu’attendue et que le glacier risquait de fondre par en dessous. "Nous savions grâce à des données satellitaires que le glacier perdait de l’épaisseur mais nous ignorions pourquoi", a déclaré Steve Rintoul, chef de l’expédition. Le rythme de la fonte des glaciers dans la zone de l’Antarctique la plus exposée à ce phénomène a triplé au cours de la dernière décennie, selon une étude publiée le mois dernier et portant sur les 21 dernières années.

jeudi 5 février 2015

Mer d'Aral : Les causes d'un désastre écologique

Lu sur le site du National Geographic

Il y a cinquante ans, la mer d’Aral était le quatrième plus grand lac de la planète. Aujourd’hui, pour la première fois depuis 600 ans, toute une partie du bassin est à sec. Explications.

http://www.nationalgeographic.fr/wp-content/uploads/2014/10/Mer_aral_comparatif.jpg

La mer d’Aral est en fait… un lac. Un lac salé d’Asie centrale, à cheval sur le Kazakhstan et l’Ouzbékistan. En 1960, ce lac alimenté par les fleuves Amou-Daria et Syr-Daria était le quatrième plus grand au monde. Sa surface s’étendait alors sur 67 300 km2, soit l’équivalent de deux fois la Belgique ! De nombreuses villes prospéraient autour de ses rivages, notamment grâce à la pêche. Aujourd’hui, avec la diminution de la surface de la mer d’Aral, on ne compte désormais qu’environ 4 000 tonnes de poisson pêchées chaque année, contre plusieurs centaines de milliers dans les années 1950, et de nombreux villages ont été abandonnés.

mercredi 4 février 2015

A quoi est dû le fait d'avoir ou non le sens de l'orientation ?

Eternel sujet de discussion entre le "prof de géo" masculin et le "prof de géo" féminin... (voir ici)

Lu sur le site de Science et Vie

http://www.science-et-vie.com/wp-content/uploads/2015/01/Rapha%C3%ABl-Labb%C3%A9.jpg
   Les variations du sens de l’orientation selon les individus ne sont pas encore claires. Mais une chose est sûre : il existe des inégalités flagrantes dans notre capacité à construire et manipuler une carte mentale de notre environnement.



   C’est ce qu’a montré une expérience, menée en 2006 par des géographes américains : dix fois de suite, ils ont amené 24 étudiants dans un environnement qu’ils ne connaissaient pas, avant de tester en laboratoire leur appréciation des distances et des directions parcourues. Certaines réponses furent très précises ; d’autres totalement fantaisistes.

mardi 3 février 2015

Aranmore, l'île des irréductibles pêcheurs irlandais

Lu sur le site du Monde - Planète

http://s2.lemde.fr/image/2015/01/26/534x0/4563817_6_3343_2015-01-26-f8caf88-10387-yj7cm2_df92f325a16d7bdb2db6d6851a0b0542.jpg   Pour la première fois depuis huit ans, Jerry Early a passé des fêtes de fin d’année un peu plus sereines. Un léger mieux, à peine perceptible, mais qui fait renaître l’espoir. « Sur une échelle d’un à dix, j’en suis à deux. »

   M. Early est un petit pêcheur d’Arranmore, une île battue par les vents au large du nord-ouest de l’Irlande, où vivent quatre cent cinquante personnes. Cette communauté, accompagnée de celles des îlots voisins de Tory et d’Inishbofin, est à la tête d’une vaste lutte contre une effroyable machine administrative à broyer venant de Dublin et de Bruxelles. Littéralement contre vents et marées, ses habitants se sont mobilisés, affrontant lobbyistes et hauts fonctionnaires, ministres et commissaires européens. Et, contre toute attente, ils commencent à remporter la bataille. Retournant les interdits, ils ont désormais pu reprendre une (petite) partie de leur pêche d’antan.

lundi 2 février 2015

Vers un traité de l'ONU sur la haute mer

Lu sur le site du Figaro - Sciences

http://i.f1g.fr/media/ext/805x/www.lefigaro.fr/medias/2015/01/26/PHO6cd8991e-a572-11e4-8be0-8768124f959a-805x453.jpg   Les pays membres devraient entamer des négociations en vue de protéger les océans.
   
   Le chemin a beau s'annoncer encore long et difficile, c'est une avancée majeure qui a été obtenue ce week-end: les pays membres de l'ONU sont en effet tombés d'accord pour entamer des négociations devant aboutir à un traité de protection des océans.

   Il s'agit d'élaborer une réglementation pour la haute mer, autrement dit la partie de l'océan qui se situe au-delà des zones économiques exclusives (200 miles nautiques) gérées par les États, ainsi que les fonds marins situés au-delà du plateau continental des pays, soit environ 64 % des océans. «Ces étendues recouvrent certains des écosystèmes les plus importants sur le plan environnemental mais aussi les plus gravement menacés et les moins bien protégés de la planète», souligne dans un communiqué une coalition d'ONG regroupées sous la bannière High Sea Alliance.

dimanche 1 février 2015

Pourquoi le vent se lève-t-il juste avant la pluie ?

Lu sur le site de Science et Vie 

Parce qu’il pleut déjà… en altitude ! 

   
   Cette rafale d’air frais, qui soulève les poussières et fait bruisser les feuilles en même temps que le ciel s’assombrit, naît souvent à la fin d’une journée estivale, sous le nuage le plus dense et le plus épais, doté du plus grand développement vertical du bestiaire météorologique : le cumulonimbus. Lorsque l’air humide des basses couches de l’atmosphère, chauffé par le soleil, se dilate, il entame une irrésistible ascension. En altitude, il rencontre des masses d’air froid et se condense, donnant naissance à ces fameux cumulonimbus. Au centre de ce nuage, de minuscules gouttelettes d’eau, à force de grossir, nourries par l’humidité ambiante, finissent par chuter sous l’effet de la gravité : il pleut.

samedi 31 janvier 2015

Les sols fertiles d'Afrique peuvent-ils nourrir la planète ?

Lu sur le site du National Geographic

   Pourquoi de grands groupes agricoles convoitent le continent où l’on souffre le plus de la faim.

http://www.nationalgeographic.fr/wp-content/uploads/2014/08/MAP_revolution_verte.jpg


   Le gros tracteur est arrivé sans prévenir. Il a d’abord écrasé les bananiers. Puis le maïs. Puis les haricots, les patates douces et le manioc.
En quelques minutes, dans un nuage de poussière, le lopin de terre d’un demi-hectare situé près de Xai-Xai, au Mozambique, qui avait nourri Flora Chirime et ses cinq enfants pendant des années, était ravagé par une entreprise chinoise.
Une exploitation agricole de 20 000 ha s’installait dessus – un damier vert et marron recouvrant une vaste partie du delta du fleuve Limpopo.
« Personne ne m’a prévenue, s’étrangle Flora, 45 ans. Un beau jour, j’ai vu le tracteur en train de tout écraser dans mon champ. Aucun de ceux qui ont perdu leur machamba n’ont été indemnisés ! »

vendredi 30 janvier 2015

La plus importante éruption depuis deux siècles en Islande

Lu sur le site du Figaro

http://www.meteoportaleitalia.it/images/thumbnails/images/Paolo%20Lui/Agosto_2014/1_vulcano_Bardarbunga-600x439.jpgDepuis le 29 août, la lave ne cesse de couler en Islande. Il s'agit de la plus importante éruption dans le pays depuis plus de deux siècles. Au 27 janvier, le volume de magma remonté à la surface dans le centre du pays serait suffisant pour recouvrir tout Paris d'une couche de lave épaisse de 13 mètres (1,4 km3). Plusieurs «fontaines» ont formé un champ de lave noirâtre de 40 mètres de haut par endroits qui se détache très clairement sur le paysage enneigé.

jeudi 29 janvier 2015

L'étrange destin de la bombe "P"

Lu sur le site de Libération sur le blog {sciences²}

Qu’est devenue la «bombe P»? Au milieu des années 70, racontent les démographes Yves Charbit et Maryse Gaimard dans leur livre, la bombe P, pour «population», faisait courir démographes, diplomates et organisations onusiennes. En 1974, à la première conférence mondiale sur la population, organisée à Bucarest, il n’y a guère de doute sur son explosion prochaine.

mercredi 28 janvier 2015

15 phénomènes naturels extraordinaires

Vu sur le site du National Geographic

Foudre volcanique, orage qui dure six mois, fleurs de glace flottant sur l’océan… La planète est le théâtre de phénomènes naturels spectaculaires. Explications avec des images étonnantes glanées sur le réseau social Pinterest.

http://photo.nationalgeographic.fr/15-phenomenes-naturels-extraordinaires-8008


Voir la suite...

mardi 27 janvier 2015

Près de la moitié de la croissance urbaine se fait dans les bidonvilles

Lu sur le site du Monde - Planète



   Le mouvement d’urbanisation galopante que connaît le monde n’est pas prêt de ralentir. Depuis 2008, plus de la moitié de l’humanité vit en ville, selon les Nations unies. Et, en 2050, la planète comptera 6,4 milliards d’urbains, soit plus des deux tiers de la population mondiale qui atteindra alors 9 milliards. Or « 40 % de la croissance urbaine se fait dans les bidonvilles », souligne le Forum économique mondial de Davos, dans son rapport annuel « Global Risks » publié en préambule du sommet qui s’est ouvert jeudi 21 janvier pour quatre jours. Ce rapport, qui dresse chaque année la liste des risques qui menacent la planète, consacre pour la première fois un chapitre entier à « l’urbanisation rapide et incontrôlée ».

Lire la suite...


lundi 26 janvier 2015

Quelle était l'atmosphère de la Terre il y a 4 milliards d'années ?

Lu sur le site notre-planète.info
 
http://www.notre-planete.info/actualites/images/planete/Terre-4MA.jpg
  
   L'analyse chimique de certaines des plus vieilles roches sédimentaires au monde, réalisée par une équipe internationale dirigée par une chercheuse du Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques de Nancy (CNRS/Université de Lorraine) a permis d'obtenir les données les plus anciennes dont nous disposons sur l'atmosphère terrestre. Les résultats de cette analyse révèlent qu'il y a plus de quatre milliards d'années, la composition de l'atmosphère était très semblable à celle qui existait un milliard d'années plus tard, quand se développait à la surface de notre planète, une biosphère microbienne florissante à l'origine de la diversité de la vie que l'on trouve aujourd'hui sur la Terre.

Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/4182-atmosphere-Terre-4MA
L'analyse chimique de certaines des plus vieilles roches sédimentaires au monde, réalisée par une équipe internationale dirigée par une chercheuse du Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques de Nancy (CNRS/Université de Lorraine) a permis d'obtenir les données les plus anciennes dont nous disposons sur l'atmosphère terrestre. Les résultats de cette analyse révèlent qu'il y a plus de quatre milliards d'années, la composition de l'atmosphère était très semblable à celle qui existait un milliard d'années plus tard, quand se développait à la surface de notre planète, une biosphère microbienne florissante à l'origine de la diversité de la vie que l'on trouve aujourd'hui sur la Terre.

Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/4182-atmosphere-Terre-4MA
L'analyse chimique de certaines des plus vieilles roches sédimentaires au monde, réalisée par une équipe internationale dirigée par une chercheuse du Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques de Nancy (CNRS/Université de Lorraine) a permis d'obtenir les données les plus anciennes dont nous disposons sur l'atmosphère terrestre. Les résultats de cette analyse révèlent qu'il y a plus de quatre milliards d'années, la composition de l'atmosphère était très semblable à celle qui existait un milliard d'années plus tard, quand se développait à la surface de notre planète, une biosphère microbienne florissante à l'origine de la diversité de la vie que l'on trouve aujourd'hui sur la Terre.

Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/4182-atmosphere-Terre-4MA

dimanche 25 janvier 2015

Un canyon géant sous la calotte glaciaire du Groenland

Lu sur le site du Figaro

   Le fleuve long de 750 kilomètres coulait encore il y a 3,5 millions d'années avant que la grande île soit recouverte par les glaces.

http://i.f1g.fr/media/ext/x/www.lefigaro.fr/medias/2013/08/29/PHO6765e1bc-10b8-11e3-8133-ebcfdc2d21a4-805x453.jpg

   «Aujourd'hui, on pourrait croire que la surface de la Terre a été entièrement explorée et cartographiée. Nos recherches montrent qu'il y a encore beaucoup à découvrir», annonce avec fierté Jonathan Bomber, de l'université de Bristol. En analysant toute une série de données radar et d'images satellite, le chercheur et son équipe ont repéré un canyon enfoui sous la calotte glaciaire du Groenland. Une cicatrice de 750 kilomètres de long qui lacère toute la partie nord-ouest de l'île arctique grande comme un peu plus de trois fois la France. L'étude est publiée dans le numéro de la revue Science daté du 30 août.

samedi 24 janvier 2015

Le coeur de l'Europe : la banane bleue

Lu sur le blog Strange Maps


   Few inhabitants of the world's biggest megacity have any idea of its existence, or of its name. Stretching from Manchester to Milan, the Blue Banana is home to around 100 million people. This is the true Heart of Europe.
  


   That heart is as movable and disputable as the definition of Europe itself. The geographic center of the European Union has been moving steadily eastward, as the political project has been expanding in that direction. Delimiting Europe's civilizational core is as debatable as the declarations of 'otherness' that are used to define it.


Lire la suite...

Sur Wikipedia...

Questions sur la banane bleue (Roger BRUNET)

Le palmarès des villes européennes (Article de l'Express)

vendredi 23 janvier 2015

Un triple soleil dans le ciel de Mongolie

Vu sur le site du Monde
cliquer sur l'image
                       http://www.dailymotion.com/video/x2fbcrs_un-triple-soleil-dans-le-ciel-de-mongolie_news

   Un phénomène rare a été observé le 17 janvier dans la ville de Genhe (Mongolie intérieure). Sur cette vidéo, les deux reflets visibles de part et d'autre du Soleil proviennent d'un phénomène optique baptisé « anthélie ». Cette dernière apparaît dans des circonstances très particulières, lorsque la température est en dessous de -30 °C et que l'air est rempli de cristaux de glace.

jeudi 22 janvier 2015

Le Mont Saint-Michel redevient une île

Lu sur le site de Libération


VAGUE À L'ÂME


   Les premières grandes marées de l’année sont attendues sur le littoral atlantique jusqu'au 25 janvier et le Mont-Saint-Michel sera entièrement encerclé par la mer. 

https://www.flickr.com/photos/82955120@N05/11988359173/in/photolist-jhYQ3Y-jjxx28-jjw3rg-jhVc54-jjtuwt-jjumyT-mGYtX4-jjzBWg-jhZ43L-jhUkSX-jgntvP-jhUtme-mHs8td-mPcuKp-jgiNGK-7VqVEh/
   
   Du 22 au 25 janvier, l’entrée au Mont sera temporairement interrompue lors de ces périodes d’insularité, «l’esplanade entre le pont-passerelle et le pied des remparts étant submergée sur les 300 derniers mètres», indique un communiqué.



mercredi 21 janvier 2015

Trafics maritime et aérien

A la suite de l'article précédent, deux sites intéressants et (un peu) addictifs...


   Le système AIS (Automatic Identification System) équipe les navires de commerce, de pêche et même de plaisance. Grâce à une émission sur des canaux VHF des positions, cap, nature du navire, longueur et destination, il permet de repérer les bateaux et de comprendre leurs mouvements.

http://www.marinetraffic.com/fr/

Un clic sur un navire et on obtient sa fiche descriptive comme ci-dessous (d'autres renseignements sont disponibles - partie de droite)




Et dans le même ordre d'idée..


http://www.flightradar24.com/


mardi 20 janvier 2015

Arrivée à Zeebrugge du plus gros porte-conteneurs du monde

Lu sur le site de Vers l'Avenir 

   Il mesure 400 mètres de long et 58,6 mètres de large et un poids de 184.320 tonnes.. Le plus gros porte-conteneurs du monde, le CSCL Globe, est arrivé à Zeebruges.

   Le CSCL Globe, le plus gros porte-conteneurs du monde, est arrivé ce samedi, vers 15h30, au port de Zeebruges dans le cadre de son voyage inaugural.
Le navire, appartenant à la société China Shipping, devait initialement arriver vendredi mais il a été retardé par des intempéries survenues à hauteur d’Hambourg, en Allemagne. Il est entré sans encombre dans le port de Zeebruges.
   Pouvant transporter jusqu’à 19.100 conteneurs, le CSCL Globe est le plus grand de sa catégorie. Il mesure 400 mètres de long et 58,6 mètres de large, et un poids de 184.320 tonnes. Si tous les conteneurs qu’il peut transporter étaient disposés en file indienne, celle-ci ferait 115 kilomètres de long, soit la distance séparant Zeebruges de Bruxelles.


Et sur le site du port de Zeebrugge : ici

lundi 19 janvier 2015

Aux Tonga, une île naît de l'éruption d'un volcan

Vu sur le site du Parisien

   L'éruption d'un volcan au large des Tonga a fait naître une île aux dimensions remarquables.
cliquer sur l'image

http://www.dailymotion.com/video/k7L89iZAD1GHV69SDaY
  
   Une nouvelle île d'1 km de large sur 2 km de long est apparue dans l'océan Pacifique. Un volcan en éruption dans l'archipel polynésien des Tonga a créé cette nouvelle île d'envergure en raison des énormes volumes de rochers et de cendres qu'il crache depuis près d'un mois.